Avant de se retrouver sur votre table, le miel passe par plusieurs étapes indispensables depuis la sortie du rucher jusqu'a la mise en pot.

La chambre chaude

Pour ne pas trop brusquer les abeilles lors de la récolte, des chasses abeilles (une genre de petit labyrinthe) est mis en place sur les ruches la veille.

Les hausses à miel fraîchement récupérées dans le rucher sont apportées à la miellerie. Une hausse pleine de miel, bois inclus, peut peser jusqu'à 30 kilos.

Les hausses de miel sont stockées dans la chambre chaude, à une température de 30 degrés et une hygrométrie d'environ 30-40% afin d'assécher qui peut parfois être encore humide. Cette étape peut durer plusieurs jours en fonction du taux d'humidité du miel. La législation impose que le miel ait un taux d'humidité inférieur à 20%.

Le taux visé lors de l'extraction est compris entre 17% et 18% d'humidité, ainsi le miel aura une meilleure conservation et une texture un peu plus épaisse.

La désoperculation

Les abeilles transforme le nectar des fleurs en miel par la trophallaxie.

Lorsque le miel est "mûr", une fine couche de cire appelée opercule est placée sur l'alvéole afin de protéger hermétiquement le miel.

Le miel est désoperculé avec un couteau électrique chauffant, manuel où à la griffe. Le but de cette opération est de retirer l'opercule. Les opercules seront utilisées pour réaliser des bougies, de la cosmétique ou bien fondu en feuilles de cire gaufrée à utiliser dans la ruche.

Extraction du miel

Le miel est un produit dont la viscosité est importante. Trois types d'extraction sont possible. Le première par égouttement qui serait très long. Le second par pressage des cadres ce qui les rendrait inutilisable pour une seconde récolte et donnerait plus de travaille aux abeilles. La troisième qui est l'extracteur, la méthode qui est utilisée ici.

Les cadres des hausses sont placés dans l'extracteur électrique. La force centrifuge fait sortir des rayons le miel, coulant ensuite sur la parois de l'extracteur avant de terminer sa course dans un seau.

Deux rotations sont effectuées, l'une dans un sens, puis une dans l'autre pour qu'il n'y ait pratiquement plus de miel restant dans les alvéoles.

La filtration

Sorti de l'extracteur, le miel est filtré grossièrement à l'aide d'un tamis en inox.

Ici on chercher à éliminer les morceaux de cire qui se sont détachés des cadres lors du passage dans l'extracteur.

Plus les résidus de cire s'accumulent sur le filtre, plus le miel qui s'égoutte est propre. 

La maturation

Dès que l'on travaille avec des produits naturels, il est indispensable prendre son temps.

Le miel doit maturer plusieurs jours dans un maturateur en fonction de sa vitesse de cristallisation. Par un procédé de décantation, les impuretés très fines comme les micros morceaux de cire et les fines bulles d'air, remontent à la surface formant une fine pellicule.

Mise en pot

Au bout de quelques jours, quand la maturation est terminée, la fine pellicule est retiré du maturateur pour ne laisser que le miel propre. Le miel est alors prêt à être mis en pots. Les différents miels sont conditionnés dans des pots en verre de 500g. Il ne reste plus qu'à coller les étiquettes et inscrire dans le cahier de miellerie le résultat de la récolte afin de garantir la traçabilité du miel, de la sortie de la ruche à votre table.

Bonne dégustation !